Contexte

Selon une étude d’Amnesty International, un quart des femmes* ont déjà vécu des situations de violences dans l’espace numérique (harcèlement, menaces, injures, diffusion d’images de violences, etc.). Selon les Nations Unies, la situation s’est dramatiquement empirée pendant la période de confinement du coronavirus. Les cyberviolences désignent toutes les formes de violences (harcèlement, menaces, injures, diffusion d’images de violences, etc.) qui s’exercent dans l’espace numérique. Pourtant, il s’agit d’un sujet tabou et méconnu dans les écoles et dans la société dans son ensemble malgré l’omniprésence des technologies. Les conséquences, parfois irréversibles, vécues dans le silence poussent beaucoup de jeunes femmes* à montrer de la réticence à l’idée de militer en ligne ou d’utiliser leur voix. Ces constats ne peuvent malheureusement pas s’affaisser uniquement en les identifiant, raison pour laquelle Chayn Belgium vise à informer, sensibiliser et agir face aux éléments précurseurs ainsi qu’aux conséquences de ces cyberviolences.

Projets

Chayn Belgium souhaite former les femmes* à mieux appréhender la cybersécurité pour se protéger davantage en ligne. Ces ateliers s’adressent dans un premier temps aux femmes* hautement susceptibles de subir du cyberharcèlement (journalistes, activistes, militantes, politiques,..).

Ces ateliers sont organisés avec le soutien de la Région bruxelloise dans le cadre de l'appel à projet de lutte contre les violences faites aux femmes*.

La collective travaille continuellement à la création et à la mise en ligne de ressources multilingues et intersectionnelles pour vous aider.

Accéder aux ressources
facebook-icon
instagram-icon
mail-icon

Chayn Belgium

Projet opérant sous Open Collective Brussels Attention Tout le contenu de Chayn Belgium est créé avec la meilleure intention. Nous ne prenons aucune responsabilité dans le cas où l’information ne serait pas précise.

© 2021 Chayn Belgium