Chayn
beligum

Quitter le site (ou presser 'esc')

menu-icon

Introduction

Le cyberharcèlement n’est pas moins violent, ni moins impactant, qu’un harcèlement subi dans l’espace physique. Au contraire, les conséquences sont parfois d’autant plus pernicieuses: perte d’emploi, dépression, traumatisme, etc. Des cas de suicides sont d’ailleurs assez régulièrement relayés dans la presse. Les frontières entre l’espace digital et la vie réelle sont extrêmement poreuses, allant même jusqu’à se confondre dans l’esprit de certaines personnes.

Outre un accompagnement de la part des services de police ou des services d’aides aux victimes, il est primordial que vous puissiez bénéficier d’autres appuis. On ne vous conseillera jamais assez de faire appel à votre environnement familial, ou professionnel, pour faire face aux épreuves que vous traversez. Le cas échéant, il peut s’avérer nécessaire de solliciter l’aide de professionnels formés à l’écoute et au suivi thérapeutique de ce type de traumatisme.

Il existe différents services d’entraide et d’écoute vers lesquels vous pouvez vous diriger.

Numéros importants

  • 112 : Urgence médicale
  • 101 : Urgence policière

Aide aux violences conjugales

  • 0800/30.800 : « Écoute Violence Conjugales » Si le cyberharcèlement s’inscrit dans le cadre de violences conjugales, la ligne “Écoute Violences Conjugales” répond à des situations de détresse en proposant une écoute bienveillante, confidentielle et gratuite.
  • Le site ecouteviolencesconjugales.be : Urgence policière Que vous soyez témoin, victime ou que vous ayez vous-même recours à la violence au sein de votre foyer, un chat a également été mis en place sur le site. Ce service dispose aussi d’un moteur de recherche permettant de trouver, près de chez vous : Des services juridiques spécialisés Des services d’aide à la jeunesse Des maisons d’accueil spécialisées Des services ambulatoires

Les bureaux d’aide aux victimes

Services d'assistance policière aux victimes de la police fédérale

Vous pouvez contacter le service d’assistance policière aux victimes de votre zone. Ces services sont à votre écoute pour vous accompagner moralement, vous conseiller dans vos démarches administratives ou encore vous informer de vos droits. Ces services n’interviennent qu’à court terme et ne proposent pas de suivi psychologique. Ils peuvent néanmoins vous orienter vers des services de prise en charge spécialisés pour vous assurer un suivi sur du plus long terme.

Antennes locales d’aide aux victimes

Vos antennes locales ont également leur propre service d’aide aux victimes. N'hésitez pas à contacter votre commissariat local pour vous procurer leur numéro de téléphone. Pour trouver votre commissariat le plus proche, rendez-vous sur le site de la police (https://www.police.be/fr) et renseignez votre ville ou code postal.

Soutien psychologique et autres lignes d’écoute

Les services de santé mentale

Il s’agit de services d’aide psycho-médico-sociale dans un cadre ambulatoire (prise en charge sans hospitalisation) à disposition de chaque personne qui en fait la demande. En Wallonie, il en existe 65, à Bruxelles, 5.

Wallonie : Les SSM de Wallonie Bruxelles: https://www.ccc-ggc.brussels/fr/institutions/services-de-sante-mentale

Les centres de planning familial

Vous pourrez trouver le centre le plus proche dans l’annuaire du site : https://www.planningfamilial.net/liste-des-centres/

Centre de Prévention du suicide

Ce service est joignable au 0800/32.123, il est disponible 24h/24h, il est gratuit et anonyme.

SOS VIOL

Si le cyberharcèlement s’inscrit dans le cadre de violences sexuelles, vous pouvez contacter les équipes de “SOS Viol” au 0800/98.100, ce service est également disponible 24h/24h, gratuit et anonyme.

Trouver de l’aide à l’école

Les Centres Psycho-Médico-Sociaux (CPMS)

Tout au long de votre scolarité, et ce jusqu’à la dernière année des secondaires, ces centres vous permettent d’aborder toutes questions qui vous préoccupent. Y compris sur des aspects relatifs à la vie sociale et à la santé et non seulement pour vous accompagner dans votre orientation scolaire. Vous y serez accueilli par des personnes ressources : psychologues (conseillers et assistants psychopédagogiques), assistant·e·s sociaux·ales (auxiliaires sociaux) et infirmier·e·s (auxiliaires paramédicaux) qui travaillent en équipe. Les CPMS sont des lieux d’accueil, d’écoute et de dialogue. Ces centres accueillent aussi les familles.

Comment contacter le Centre PMS ?

  • Par téléphone, courrier ou par mail.
  • En consultant la page : http://enseignement.be/index.php?page=26028&navi=149
  • Lorsque leurs services assistent aux réunions de parents d’élèves, à des rencontres informelles et lors de leurs éventuelles permanences au sein de votre école.
  • En demandant l’information à votre direction ou à vos professeur·e·s.

Le Service Écoute-Enfants

Le numéro 103 est le numéro d’écoute pour les enfants et adolescent·e·s. Il répond à l’ensemble des questions qu’elles ou ils peuvent se poser et abordent les difficultés qu’elles/ils peuvent affronter. Ce service est anonyme et il est accessible partout en Belgique.

Comment contacter le service Écoute-Enfants ?

  • Par téléphone, au numéro 103
  • Via le site http://www.103ecoute.be

Chayn Belgium

Projet opérant sous Open Collective Brussels Attention Tout le contenu de Chayn Belgium est créé avec la meilleure intention. Nous ne prenons aucune responsabilité dans le cas où l’information ne serait pas précise.

© 2022 Chayn Belgium