Chayn
beligum

Quitter le site (ou presser 'esc')

menu-icon

De quoi parle-t-on ?

Avec la digitalisation de nos sociétés, de nouvelles formes de violences sexistes et sexuelles apparaissent. Elles peuvent prendre différents visages, s’inscrire sur différents supports, et mener rapidement à du cyberharcèlement.

Différences entre cyberharcèlement et harcèlement physique

  • La diffusion de cyberviolences (en “meute” par exemple) peut être massive et l’impact instantané et les contenus peuvent atteindre un public large difficilement identifiable. La rapidité de propagation du message rend la reprise de contrôle particulièrement complexe. Ceci ayant pour effet de générer un sentiment d’impuissance chez les victimes et de les plonger dans une détresse d’autant plus intense.
  • De manière générale, le cyberharcèlement se combine à sa variante physique. Chaque espace de vie devient contrôlé et assujetti à la traque. Exemple : le domicile d’une personne est publié sur un forum.
  • La personne à l’origine du harcèlement peut agir sous le couvert de l’anonymat grâce à l’utilisation de pseudonymes, par exemple. Cela renforce le sentiment d’insécurité que peut ressentir la victime et peut parfois provoquer crises d’angoisses et épisodes paranoïaques. Sans compter que le ou les auteur(s) jouissent d’une impunité telle qu’il devient difficile, voire impossible, de leur appliquer toute sanction légale.
  • En raison de la relative nouveauté des cyberviolences, la législation n’est pas encore mature en ce qui concerne la régulation du web et de l’ensemble des outils numériques. De même, le web n’est pas organisé selon une structure stricte, ni par un fonctionnement, susceptible de faciliter l’intervention d’une autorité, qu’elle soit juridique ou institutionnelle.

Avant d’envisager les différentes étapes que vous pourrez entreprendre pour réagir face à une telle situation, voici une liste des principaux espaces numériques où ces situations apparaissent, les différents supports numériques utilisés, les différentes formes que peuvent prendre les cyber violences/harcèlements ainsi que les types de violences discriminatoires véhiculées par celles-ci.

Les espaces numériques du cyberharcèlement

  • Emails
  • Forums et salles de chat
  • Conversations privées et en groupe sur des applications comme Whatsapp, Facebook, Messenger, Signal, Telegram, Viber, Twitter, Instagram, Youtube, etc.
  • Réseaux sociaux : Publications, tags, commentaires et messages.
  • Plateformes de jeux : en streaming ou en réseau, chat privés ou publics.
  • Commentaires : sur les sites web des différents médias, sur YouTube, etc.
  • Plateformes collaboratives en milieu professionnel : visioconférence, canaux de discussions de groupe, commentaire de documents, etc.
  • Sites de rencontre

Les supports et médias, vecteurs du cyberharcèlement

  • Supports écrits : messages, commentaires
  • Supports images : photomontages, infographies, caricatures, dessins, photographies, gifs, etc.
  • Supports vidéo : Reels, Stories, live chat et autres contenus vidéo.
  • Supports audios : messages et commentaires vocaux, podcast, appels en ligne, etc.
  • Création de profils virtuels ou de pages, piratages de compte, vol d’identité, etc.

Les formes que peuvent prendre la cyber violences/harcèlements : de la cyberintimidation au revenge porn

Cyberstalking

Création d’un sentiment d’oppression chez une personne cible en la mettant dans une position de proie traquée. Technique qui vise à se saisir de l’ensemble de l’identité virtuelle d’une personne afin d’ augmenter son sentiment d’insécurité et ainsi affecter sa vie personnelle.

Affichage

Création d’un sujet de discussion, d’une salle de chat, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à votre encontre dans le but d’attirer l’attention sur vous ou de vous dénigrer auprès d’autres utilisateurs.

Insultes et discours haineux

Formulation ou reprise de discours haineux, de menaces, de provocations ou d’insultes dans le but de blesser ou d’attenter à la réputation de quelqu’un, ou d’un groupe. De là est né le terme de trolling en anglais.

Diffamation et propagation de rumeurs

Diffusion large et récurrente de faits, avérés ou non, impliquant une personne afin de promouvoir une image négative de celle-ci par dénigrement.

Attaques coordonnées ou raids furtifs

Lorsque plusieurs personnes/comptes coordonnés accablent collectivement une personne ciblée en se servant d’attaques personnelles, de menaces ou d’insultes. Cette technique est souvent utilisée lors de débats d’opinion sur internet. Ces raids peuvent également se dérouler par messages privés ou par visio-conférence, via les messageries par exemple.

Exclusion

Technique de discrimination volontaire et ciblée visant à évincer une personne d’un groupe, d’une conversation ou encore d’un jeux.

Harcèlement sexuel par le biais de supports numériques

Sollicitations à connotations sexuelles ou sexistes exercées de manière répétée sur une personne constituant une atteinte à la dignité d’une personne en raison de leur caractère dégradant. Phénomène incluant notamment le sexting et l’envoi de contenus sexuellement explicites non désirés.

Revenge porn (Diffusion non consentie, sextorsion, chantage à la cam, compte fisha, ...)

Très proche du “harcèlement sexuel par le biais de supports numériques”. Diffusions de photos ou de vidéos à caractère sexuel, mettant en scène la victime, sans son consentement et dans la volonté de lui nuire, le plus souvent dans un contexte de vengeance (jalousie, rupture,violence, etc.).

Cyberviolences conjugales

Lorsque le harcèlement s’inscrit dans les relations dysfonctionnelles et/ou abusives au sein d’un couple donné. Ces abus peuvent revêtir plusieurs formes : contrôle des activités du conjoint “en ligne” (lecture des sms, pression téléphonique constante, viol de l’intimité, etc.), d’injures et de campagnes de dénigrement sur les réseaux. Cela peut même mener à des menaces de mort dans certains cas. Les technologies numériques permettent également une surveillance accrue du conjoint (avec un contrôle des déplacements via des logiciels de traçage, par exemple). Il faut savoir que dans le cadre des violences conjugales, on observe depuis quelque temps un glissement vers l’espace numérique des violences sexuelles (comme c’est le cas du revenge porn mentionné plus haut) Une violence économique peut également découler de ce glissement (piratage des comptes bancaires, restriction des accès, etc.).

Exposition et abus de la vie privée (Doxing)

Utilisation et divulgation publique d'informations personnelles. Cette technique, communément appelée doxing, est utilisée par les harceleurs afin d'affaiblir la victime ou encore d’accentuer le processus d’intimidation.

Usurpation d’identité

Création d’un compte, page ou profil sur un réseau social dans le but d’usurper l’identité digitale d’une personne.

Phishing

Fraude à l’identité reposant sur la confiance et le crédit accordé à un organisme public ou privé pour en imiter les usages. Cette arnaque sert très souvent des fins lucratives en permettant l’accès à des informations personnelles ou bancaires. Le harcèlement découle du caractère répétitif et récurrent de cette technique.

Astroturfing

Technique de harcèlement visant à coordonner des actions (création de faux comptes, achats de followers actifs, etc.) pour gonfler les volumes de propagation d’un message afin de faire croire à un engouement authentique. Cette méthode de pression est très souvent utilisée à des fins politiques ou polémiques. La pression exercée sur la personne ciblée est ainsi considérablement accrue par le soin apporté au réalisme et à la crédibilité du message véhiculé.

Les types de violences et discriminations véhiculées par le cyberharcèlement

Les violences spécifiques entraînant une violation des droits humains et une forme de discrimination à l’égard de certains publics sont majoritaires dans les types de violences en ligne menant aux harcèlement. Violences sexistes et sexuelles, mais également violences basées sur l’appartenance ethnique, philosophique ou religieuse, au handicap ou encore la situation économique, certaines personnes se trouvant à l’intersection de ces oppressions. Dans certains cas, la nature de ces violences tombent sous le coup de la loi et peuvent intervenir dans la définition du harcèlement.

Sexisme

Lorsque le harcèlement consiste en des gestes, propos ou des attitudes sexistes. C'est-à-dire des remarques méprisantes et stéréotypées basées sur le genre.

Chantage, message de haine, menaces et insulte, humiliation, envers des personnes, LGBTQIA+

Lorsque le harcèlement consiste en des gestes, propos ou attitudes portant sur l’orientation sexuelle d’une personne, son identité de genre et/ou son expression de genre. Les violences à l’égard des publics LGBTQIA+ découlent des violences de genres et s’inscrivent clairement dans le continuum des violences lié aux stéréotypes de genre.*

Racisme

Lorsque le harcèlement consiste en des gestes, propos ou attitudes portant sur l’origine ethnique d’une personne, sa religion ou son appartenance philosophique.

Slut shaming

Lorsque la démarche a pour but de générer de la honte chez une femme* en portant le discrédit sur sa sexualité, sa tenue vestimentaire, ou sur toute autre attitude ou posture jugée déshonorante.

Grossophobie

Lorsque le harcèlement consiste en des gestes, propos ou attitudes portant sur le poids d’une personne, considéré comme supérieure aux standards esthétiques valorisés par le groupe.

Body Shaming

Lorsque la démarche a pour but de générer de la honte chez une personne qui ne correspond pas, par l’un ou l’autre aspect, aux standards esthétiques valorisés par le groupe.

Validisme

Le validisme ou capacitisme est une discrimination basée sur le handicap. C’est un système d’oppression qui considère que les personnes valides sont supérieures aux personnes handicapées. Le handicap est alors perçu comme quelque chose “d’anormal” et de honteux. L’idéal à atteindre est la validité.

Chayn Belgium

Projet opérant sous Open Collective Brussels Attention Tout le contenu de Chayn Belgium est créé avec la meilleure intention. Nous ne prenons aucune responsabilité dans le cas où l’information ne serait pas précise.

© 2022 Chayn Belgium